print logo

Rire pour rien

 L'Itinéraire (Canada) 07 July 2019

Samedi matin, 11 heures. Les clients de la librairie Paulines, dans le quartier Rosemont-Petite-Patrie, feuillettent en silence les ouvrages à l’abri de la chaleur estivale. Subitement, sous leurs pieds s’élève un concert de rires sonores. Attentat au gaz hilarant? Convention de clowns? Les adeptes du yoga du rire sont réunis au sous-sol dans un seul but: rire sans raison. (624 Words) - By Valérie Ouellet

Share

Itineraire_rire pour rien

 

À quand remonte votre dernier fou rire? Lorsqu'elle a découvert le yoga du rire il y a sept ans, Linda Leclerc avait oublié la réponse. Elle était alors organisatrice d'événements et passait ses journées derrière le volant. «Plus on progresse dans la vie, plus les choses qui nous entourent deviennent sérieuses. Les adultes qui rient beaucoup dans un contexte professionnel sont perçus comme des personnes pas responsables, pas sérieuses.»

En 2005, sa curiosité l'attire au premier atelier canadien de yoga du rire, à Vancouver. Elle y rencontre Madan Katari, le docteur indien qui a mis au point les techniques de yoga du rire en 1995. Le principe de base du yoga du rire est simple. Les exercices proposés servent à entraîner les muscles du rire.  «Notre corps n'a pas besoin d'une blague ou d'une histoire drôle pour ressentir les bénéfices du rire, explique Linda Leclerc. En fait, il ne fait pas la différence entre le rire provoqué par une blague et l'exercice du rire. Les bienfaits sont donc ressentis à chaque fois.»

Rire du lion, rire du cellulaire, rire silencieux. Les exercices proposés par Linda Leclerc aux participants se succèdent pour culminer avec une méditation du rire. Les 14 adultes se couchent en étoile et doivent rire de bon cœur durant dix à vingt minutes. Bientôt, un concert hilare digne des plus intenses rires de dortoir s'élève dans le sous-sol de la libraire de quartier. Certains ont la larme à l'œil, d'autres se tiennent les côtes ou les joues.

La thérapie par le rire

Qui a le plus besoin de rire? «Les professeurs d'université, les ingénieurs, les intellos, les hommes d'affaires, les snobs!», rigole Gaétane. Pour la dynamique professeur de yoga dans la soixantaine, le yoga du rire est une philosophie de vie. «Je dis à mes problèmes de s'en aller. Je me transforme en magicienne, je change le négatif en positif.»

Vivianne Beaulac a longtemps hésité avant de s'inscrire à l'atelier de yoga du rire. Durant les exercices, elle rit timidement, cachée derrière son épais rideau de cheveux blonds. Celle qui poursuit des traitements de chimiothérapie a peur que ses éclats de rire ne se mêlent aux larmes. «C'est très difficile de rire sans raison, mais j'ai besoin de le faire. Je suis une personne très positive et j'ai choisi de rire pour ne pas pleurer.»

Pour répandre la bonne humeur, Linda Leclerc veut mettre au point sa propre ligne téléphonique du rire. Le principe est simple : les clients paieront un montant modique pour rire sans raison avec un bénévole à l'autre bout du fil. «Il ne faut pas attendre LA blague qui va nous faire rire. Lorsqu'on vit une situation difficile, on risque d'attendre longtemps!»

Pour plus de détails : www.yogadurire.com

ENCADRÉ : Les bienfaits du rire

Pendant que nous rions notre corps lui, travaille. À en croire les adeptes du yoga du rire, cette pratique a de nombreux bienfaits pour la santé. «Lorsque nous rions, nos organes internes reçoivent un massage et presque tous nos muscles sont sollicités. Notre corps produit de l'endorphine, une hormone relaxante qui agit comme un antidépresseur», énumère Linda Leclerc.

En 1976, le journaliste Norman Cousins a publié un article dans lequel il raconte s'être guéri d'une douloureuse maladie dégénérative en écoutant le duo humoristique les Marx Brothers. William Fry, pionnier de la recherche sur le rire, a découvert que dix minutes à se dilater la rate a le même effet sur le corps que dix minutes d'aérobie. Le scientifique Lee Berk a pour sa part établi un lien entre l'humour et l'augmentation des globules blancs dans le système immunitaire.  Toutefois, selon le neuropsychologue américain Robert Provine, rien de prouve hors de tout doute que le rire est un gage de longévité ou de bonne santé.

 

Please credit article as follows:

Originally published by L'Itineraire (Canada). © www.streetnewsservice.org

SNS logo
  • Website Design