print logo

Rudes épreuves pour les femmes qui accouchent au Congo

 IPS 21 June 2019

A Kikwit dans le Bandundu (nord-est de Kinshasa), accoucher est une rude épreuve pour les femmes : gynécologues, sages-femmes confirmées et matériel manquent cruellement. Certaines doivent parcourir de longues distances à pied pour atteindre la maternité. Et les services des aides accoucheuses se monnayent. (659 Words) - By Badylon Kawanda Bakiman

Share

Allongée sur l'unique lit d'accouchement vétuste de la polyclinique Casop/Untc de Kikwit, dans la province de Bandundu, une femme saigne abondamment pendant sa délivrance un soir d'avril. Sous l'éclairage d'une lampe tempête, une infirmière tout en sueur se démène. "Nous manquons même des stéthoscopes obstétricaux. Comment surveiller rapidement les battements du cœur fœtal ?", s'inquiète-t-elle. Non loin de là, au Plateau, un quartier résidentiel de la ville, une maternité n'a pas de pèse-bébé. Ou en a plutôt un, en bois, de fabrication artisanale. "Nous l'avons confectionné pour contourner la difficulté qu'éprouve l'institution", déclare Françoise Ngondo, infirmière titulaire.

Depuis plusieurs années, la tâche n'est pas aisée pour les femmes de Kikwit qui accouchent dans ces conditions. Dans cette province de plus de 8 millions d'habitants pourtant voisine de la capitale du pays, il manque aussi cruellement de médecin gynécologue. Ceux qu'on y rencontre de temps en temps viennent de Kinshasa. Mais "ils sont rares et chers. Car, après la médecine, il faut plusieurs années de spécialisation pour devenir gynécologue", explique Colin Mulungu, médecin directeur de l'hôpital général de référence de Kikwit I.

Parcours du combattant

Hors de la ville de Kikwit, les femmes des villages éprouvent encore plus de difficultés pour accoucher partout ailleurs dans cette province de près de 300 000 km². L'éloignement des maternités, la qualité des infirmiers aides- accoucheuses…sont autant de soucis pour les parturientes. Au nord de la province, dans le district de Mayi-Ndombe et des Plateaux, c'est à un véritable parcours du combattant que sont soumises les femmes enceintes avant d'atteindre une maternité. Elles doivent traverser forêts, marécages et rivières avant d'arriver au centre de santé. "J'ai eu de la chance, raconte Jacquie Matondo, une femme qui a été transportée sur un vélo de son village jusqu'au centre de santé le plus proche, à plus de 10 km. Sinon le pire serait arrivé."

Les femmes vivant en campagne sont parfois transportées sur un simple brancard sur de très longues distances. En février, trois ont été transférées en retard du Centre de Kwenge (20 km de Kikwit) vers l'hôpital général de Kikwit II, où elles sont mortes d'hémorragie dès leur arrivée. "Elles ont connu des ruptures utérines dues à la presse abdominale forcée et au mauvais usage de l'ocytocine (hormone qui favorise l'accouchement et la lactation, Ndlr)", explique Paulin Kiyankay, médecin directeur. Selon le Dr Colin Mulungu, la plupart des infirmières qui doivent faire face à ces situations difficiles sortent fraîchement des écoles de sciences infirmières et par manque d'expérience, elles ne peuvent pas faire de miracles.

Le pourboire pour des meilleurs soins

Travaillant dans ces conditions précaires et mal rémunérées, celles qui ont de l'expérience monnayent souvent leur service pour compléter leurs maigres salaires. "Lors de mon dernier accouchement, j'avais été mieux traitée que les autres femmes parce que j'avais versé un pourboire aux accoucheuses", témoigne Jacquie Mutondo. Appelé Placebo dans la région, le pourboire permet ainsi de bénéficier de toute l'attention du personnel soignant. "Nous ne sommes pas bien payés par l'Etat. Cet effort nous aide à avoir quelque chose", se justifie S. N., une infirmière à Kikwit.

Ministre provincial de la santé, Philippe Akamituna promet une amélioration de la situation. Des partenaires extérieurs comme Memisa Belgique et la Banque mondiale apportent en effet des appuis en matériels et en médicaments aux centres médicaux. Un Plan national du développement de la Santé a été adopté en mars dernier. Selon le médecin chef de district sanitaire de Kikwit, il prévoit notamment la construction des centres de santé et des appuis en matériels et en médicaments... Mais pour les femmes qui accouchent, entre les promesses et l'exécution du plan national, l'attente risque d'être longue…

 

Please credit article as follows:

Originally published by IPS. © www.streetnewsservice.org

 

SNS logo
  • Website Design