print logo

Empreinte écologique mauvaise pour la Coupe du monde Joren Gettemans

 IPS 24 May 2019

La Coupe du monde de football, le plus grand événement sportif au monde, « sera verte ou ne sera pas », selon ses organisateurs. (534 Words) - By Joren Gettemans

Share

La Coupe du monde de football, le plus grand événement sportif au monde, « sera verte ou ne sera pas », selon ses organisateurs. Mais quelques semaines avant le début du tournoi mondial, il n'est pas encore très évident de voir comment l'Afrique du Sud compte réduire son empreinte écologique.

Pas de problème pour faire des déclarations audacieuses : « la Coupe du Monde ne débutera pas s'il n'y a pas une manière verte de le faire », avait déclaré l'année dernière Blessing Manal, chef de la planification du tournoi. Les organisateurs présentaient également des « Green Goals » (objectifs verts) où il était prévu de travailler durement pour compenser les émissions de CO2 produits par la Coupe du Monde.

Mais ces plans environnementaux ont été immédiatement critiqués en raison de leur imprécision car il y est beaucoup question d'ambition et de bonnes intentions tandis que les chiffres, les objectifs concrets et les méthodes pour y parvenir sont difficiles à trouver.

 

2,75 millions de tonnes de CO2

Pendant ce temps, la Coupe du monde risque d'être particulièrement nocive pour l'environnement. L'Afrique du Sud a déjà annoncé l'année dernière que les émissions de CO2 pour ce tournoi seront six fois plus importantes que la précédente Coupe du monde organisée en Allemagne et au moins deux fois plus élevé que les Jeux Olympiques de Pékin. Une étude estime ces émissions à 2,75 millions de tonnes de CO2.

L'emplacement de l'Afrique du Sud, complètement dans la pointe du continent africain, explique pour beaucoup de déficit : beaucoup de monde doivent faire un long voyages en avion pour y arriver. Même à l'intérieur du pays, des supporters prendront l'avion. Les matches de football seront joués à différents endroits du pays et l'Afrique du Sud ne dispose pas d'une infrastructure de transport respectueux de l'environnement comparable à ce qui existe en Allemagne. En conséquence, de nombreux vols intérieurs seront nécessaires provoquant de nombreuses émissions de CO2. Selon le journal sud- africain Cape Argus, près de 2.000 vols par jour seront nécessaires tous les jours pendant le tournoi pour transporter tout ce monde.

Le secteur de l'électricité en Afrique du Sud a également un impact négatif sur le respect de l'environnement. Pas moins de 95 % de l'électricité en Afrique du Sud, y compris l'énergie utilisée par les organisateurs du tournoi, sont produites par les centrales à charbon. Le fournisseur d'énergie sud-africaine Eskom a déclaré qu'il entendait aussi fournir de l'énergie renouvelable pour une partie de la compétition mais ces déclarations restent pour le moment assez vagues.

 

Action individuelle

Les critiques soutiennent que la FIFA et le gouvernement sud-africain ne se sont pas assez activement impliqués dans l'idée de rendre la Coupe du monde plus respectueuse de l'environnement en laissant la mise en pratique de l'organisation aux villes et aux organisateurs locaux. Il y a certes des histoires positives à relater dans certains endroits comme la ville de Durban qui a décidé d'utiliser du biogaz pour ses stades ressemblant déjà des bijoux durables en matière de design ou le système de collecte des eaux de pluies. Mais ce type de projet reste trop isolé par manque de vision globale et environnementale dans l'organisation du plus grand événement sportif du monde.

Please credit article as follows:

Originally published by Inter Press Service. © www.streetnewsservice.org

SNS logo
  • Website Design