print logo

Branson: «Les vendeurs sont des entrepreneurs»

 The Big Issue South Africa 30 June 2019

La dernière édition de The Big Issue South Africa fut éditée par rien de moins que le rédacteur invité Sir Richard Branson, patron de Virgin et un des principaux entrepreneurs du monde. Maintenant, en faisant une campagne pour l’entrepreneuriat social, il mit un uniforme de vendeur et fit l’éloge de la revue. «Une des choses que je respecte surtout de The Big Issue c’est que ses fournisseurs sont des entrepreneurs.» (1446 Words) - By Georgina Guedes

Share

BI SA_guest editor

Sir Richard Branson was guest editor of The Big Issue South Africa. Portrait picture available for download.Photo: The Big Issue SA/ Virgin Unite.

BI SA_Bongani Tshabalala_Branson Centre

Bongani Tshabalala started a soccer league called B&M Football5.Photo: The Big Issue SA/ Virgin Unite

BI SA_Dipuo Marekwa_Branson Centre

Dipuo Marekwa started a secure transport company.Photo: The Big Issue SA/ Virgin Unite.

BI SA_Richard Branson and Lesego Malatsi_Branson Centre

Richard Branson with the young designer Lesego Malatsi.Photo: The Big Issue SA/ Virgin Unite.

BI SA_Yashwin Bagwandeen_Branson Centre

Yashwin Bagwandeen started Game Over, a company that produces arcade game machines. Photo: The Big Issue SA/ Virgin Unite.


Le gourou de renommée mondiale, Sir Richard Branson, est le fier fondateur du Centre de l'entrepreneuriat Branson à Johannesburg. Son expérience avec les jeunes entrepreneurs sud-africains fut une inspiration : « Je vois un peu de moi-même  dans chacun d'entre eux. » Ici, il partage ses réflexions sur la manière dont les gens peuvent bâtir des entreprises en commençant par de bonnes idées.

Souvent, lorsqu'il vous arrive de rencontrer une célébrité, vous avez à superposer le personnage en face de vous sur l'image que vous aviez dans votre tête. D'une façon ou d'une autre, les bords, les angles ou la taille de la personne ne correspondent pas à l'idée qui a été formée par des photographies et des vidéos.

Richard Branson, par contre, est absolument et quintessentiellement lui-même. Ses joues rouges et ses cheveux couleur blé résonnent avec chaque image mentale que je n'ai jamais eue de lui. Même la boite qu'il a, à cause d'un accident de ski qui c'est produit au cours de ses vacances, est évidence des poursuites des super-riches, dont il est, et de l'intrépide aventurier, dont il est réputé d'être.

Il marche lentement autour de l'étage supérieur de Fashion Kapitol, penché sur divers employés dignes de confiance du Centre de l'entrepreneuriat Branson, pendant qu'il se dépêche, aussi bien qu'un boiteux le peut, d'un engagement des médias à l'autre. Il est ici pour un défilé de mode - ce qui n'est pas une poursuite inhabituelle pour un homme de son rang - mais ce défilé de mode est différent. C'est le lancement des la collection de mariée du jeune designer Lesego Malatsi, lançant un effort de collecte de fonds pour permettre d'amener le spectacle à Los Angeles plus tard dans l'année.

Branson n'est pas ici pour s'acheter un costume de noces - bien qu'il porte une chemise à col large conçue spécialement pour lui par Malatsi - mais plutôt pour assister au lancement comme quelqu'un qui fut mentor de Malatsi lorsqu'il établissait son entreprise de mode. Malatsi est l'un des entrepreneurs soutenus par le Centre Branson, un centre qui offre aux jeunes entrepreneurs le soutient dont ils ont besoin pour qu'ils puissent faire décoller leurs entreprises. Le centre est partiellement financé par Virgin Unite, qui est la fondation à but non lucratif de Virgin Group, duquel Branson est le fondateur.

Branson explique que le centre fut établi en Afrique du Sud «car la communauté noire avait été privée pendant des générations du genre de soutien qui permettrait à leurs meilleures idées de devenir réalité. L'Afrique est dominée par de grandes entreprises, mais il y a beaucoup d'opportunités pour les petites compagnies de prendre un peu de chair et de secouer un peu les choses. »

Il ajoute que tous les jeunes gens d'affaires, noir, blanc ou indien, ont besoin d'aide pour pouvoir réussir. Dans le cadre de sa visite, il a passé du temps avec 14 entrepreneurs du centre durant une séance d'encadrement intensif, donnant des conseils généraux et ensuite se concentrant sur des aspects spécifiques de leurs entreprises dans des groupes de discussion.

Il dit que son expérience en Afrique du Sud lui a montré qu'il y a un grand esprit d'entreprise en Afrique et il estime qu'il est important pour ceux qui ont des idées d'avoir des conversations qui renforceront leur potentiel et qui les aideront à devenir « les Bransons africains de l'avenir. »

Il est très enthousiaste à l'égard des entrepreneurs soutenus par le Centre Branson en Afrique du Sud. « Je vois un peu de moi-même  dans chacun d'entre eux, » dit-il. « Nous voulons les voir grandir, de glands à de chênes géants. »

Les chefs d'affaires de demain

Les entrepreneurs au Centre Branson ont des idées aussi variées que les têtes dans lesquelles elles furent conçues. De la cuisson à des jeux d'arcade, aucune zone d'affaires ou de loisirs reste intouchée par les concepts développés par ce sac mélangé de gens d'affaires intrépides.

Pendant les trois dernières années, la compagnie Game Over de Yashwin Bagwandeen se charge de la conception, la programmation et la fabrication de machines de jeux d'arcade qui sont à louer autour de l'Afrique du Sud. Si son entreprise ne cesse de croître, il exportera des produits au reste de l'Afrique, au Royaume-Uni et aux États-Unis, de plus, il créera des possibilités d'emploi supplémentaires au sein de l'Afrique du Sud. Il réduit son succès à « être passionné par une idée quand tout le monde pense que vous êtes fou et qu'elle ne marchera jamais. »

B&M Football5 est une ligue de football de cinq-par-équipe commencée par Bongani Tshabalala et Mokoni Paile dans les cantons de Nelspruit dans le but de fournir des installations et des activités pour les jeunes. L'entreprise travaille de concert avec le gouvernement et le secteur privé à mettre en place ces centres, ainsi que des programmes associés de développement des jeunes à travers le pays. Tshabalala dit qu'il est mené par la passion et que « rien n'est impossible, car impossible n'est rien. »

Fraisage Kotulo a formé un réseau de petits boulangers qui utilise la puissance des nombres pour acheter leur ingrédient essentiel - la farine - à un taux raisonnable. La prochaine étape  pour son entreprise est de générer des revenus grâce à l'adhésion et une hausse de prix de la farine qu'elle distribue. Durant l'année qui vient, elle prévoit louer des camions et embaucher des chauffeurs, ainsi que du personnel de distribution. Elle dit que l'esprit entrepreneurial court dans ses veines.

Dipuo Marekwa fut poussée par ses propres préoccupations pour la sécurité de sa fille écolière a lancer sa propre société de transport sécurisé fiable. Cette vision a capturé la clientèle de beaucoup d'autres parents concernés et, maintenant, elle transporte plus de 80 étudiants de 10 écoles différentes, en plus de fournir des services de transport pour des mariages, des enterrements et d'autres événements. Avec le transport étant le battement de cœur du développement économique et social, son entreprise continue d'identifier et de répondre à de nouvelles opportunités.

Centre d'entrepreneuriat

Le Centre d'entrepreneuriat Branson est un centre indépendant d'expertise entrepreneuriale. « C'est une pépinière de talents d'affaires, un moyeu - où les entrepreneurs tenaces ont accès à des compétences d'affaires pratiques, à des conseils fournis par des entrepreneurs réussis sur le développement de leurs compagnies, ainsi que l'accès aux marchés et au financement, » affirme le fondateur Richard Branson.

L'entrepreneuriat est une composante vitale de toute économie, et le Centre Branson tente non seulement de soutenir des individus, mais aussi de soutenir la société au moyen d'un réseau de petites entreprises prospères.

« Les entrepreneurs et les petites entreprises créent l'emploi, stimulent la croissance et transforment les communautés avec la richesse qu'ils remportent et avec l'exemple qu'ils donnent, » dit-il.

Puisque chaque individu avec une bonne idée est différent, le centre ne s'occupe pas de chacun de ses entrepreneurs d'une manière uniforme. Certains obtiennent simplement de l'aide avec un domaine particulier dont ils sont aux prises avec, tandis que d'autres vont poursuivre leur rapport avec le centre tant qu'ils construisent leur entreprise.

« Il s'agit de leur donner la confiance nécessaire pour qu'ils puissent transformer leurs rêves en réalité, » dit Branson. « C'est tout à la tentative et à l'apprentissage. Échouer est aussi important, puisque cela rend la réussite plus probable la prochaine fois. »

Il explique que le centre offre du soutien pratique, du mentorat et l'accès aux marchés. Le reste, dit-il, est à eux.

Le centre est situé dans Fashion Kapitol, le quartier de la mode au centre-ville de Johannesburg, et peut être trouvé sur le web à www.bransoncentre.org/southafrica.

Les jeunes avec des idées entrepreneuriales et un plan d'affaires peuvent postuler en ligne, appeler, ou s'y rendre en personne pour découvrir ce que le centre peut faire pour les aider.

Légendes des photos

1. Sir Richard Branson a été rédacteur en chef invité de The Big Issue South Africa.

2. Richard Branson, avec le jeune designer Lesego Malatsi.

3. Bongani Tshabalala a commencé une ligue de soccer appelée B & M Football5.

3. Bongani Tshabalala a commence une ligue de soccer appelée B&M Football5.

4. Dipuo Marekwa a commencé une entreprise de transport sécurisé.

5. Yashwin Bagwandeen a commencé Game Over, une entreprise qui produit des machines de jeu d'arcade.

Traduit en français par Patricia Thaine

 Other Language Versions

SNS logo
  • Website Design